fbpx

Category: Conseils

Bigorexie, quand le sport devient une obsession

La bigorexie, quand le sport devient une obsession

La bigorexie, quand le sport devient une obsession.

Connaissez-vous le terme de « bigorexie » ?

La bigorexie est une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 2011, mais reste encore peu connue en France. Elle peut aussi bien toucher les athlètes de haut niveau que les sportifs amateurs, devenus dépendants à la suite d’une pratique sportive excessive.

Les causes

Plusieurs hypothèses ont été faites pour expliquer ce qui amène cette addiction au sport.

Première hypothèse, le rôle des hormones. Les endorphines sont produites pendant une activité sportive. Ces hormones sont libérées par le cerveau pendant et surtout après une activité physique intense. Elles stimulent le circuit du plaisir (dit dopaminergique), ce qui explique le sentiment de bien-être chez les personnes pratiquant un sport et provoquerait l’addiction.

Seconde hypothèse, la bigorexie aurait une origine plus psychologique. Pour certain, la pratique sportive soulage du stress, de l’anxiété ou d’une douleur liée à un évènement. Au fil du temps, cette habitude devient indispensable et se transforme en addiction.

Troisième hypothèse, la bigorexie pourrait être liée au complexe d’Adonis. La pratique intensive est alors un moyen d’atteindre un corps « parfait » et d’augmenter son estime de soi. Modeler son corps, atteindre un poids parfait, se muscler à outrance deviennent des obsessions. La pratique tourne alors à l’addiction.

Les symptômes et les dangers.

Contrairement à d’autres addictions, la bigorexie ne se manifeste pas forcément physiologiquement.

Par exemple, l’évolution de la courbe de poids n’est pas forcément alarmante. De plus, ce n’est pas forcément le temps passé à faire du sport qui est révélateur d’une bigorexie, mais plutôt les répercussions sur la vie privée ou professionnelle. On peut reconnaître cette maladie avec différents symptômes :

  • Un comportement obsessionnel autour du sport.

Les personnes souffrant de bigorexie consacrent de plus en plus de temps à l’activité physique, en délaissant leur vie personnelle et professionnelle. Le sport devient la priorité et entraîne un isolement social.

  • Une obsession pour son corps.

Les personnes développent alors une obsession pour leur physique, leurs performances ; ce qui engendre un sacrifice de tout au profit du sport.

  • Des signes de manque à l’arrêt de l’activité sportive.

Les personnes présentent des symptômes de sevrage lorsqu’elles sont privées d’activité sportive (en cas de blessure par exemple) : tristesse, irritabilité, culpabilité…

  • De ne plus être à l’écoute de son corps.

L’addiction entraîne les sportifs à repousser leurs limites, toujours plus loin, ce qui peut être à l’origine d’épuisement et de blessures parfois graves (fractures de fatigue, lésions musculaires…).

Nos conseils pour lutter contre la bigorexie.

Prendre conscience du phénomène, s’informer, c’est un peu se protéger ou faire un pas vers la guérison. N’hésitez pas à en parler.

A l’instar de toute addiction, la bigorexie peut se traiter avec une prise en charge thérapeutique ciblée auprès d’un psychologue, médecin spécialisé et/ou addictologue. Le but ne sera pas d’arrêter totalement l’activité mais d’apprendre à retrouver du plaisir et à restaurer la liberté de choix dans la pratique. 

Le sport doit rester un plaisir. Ne pas devenir une contrainte.

Ne perdez jamais de vue la raison pour laquelle vous avez commencé à faire du sport. Gardez ce plaisir. Écoutez votre corps et trouvez des moments de plaisir dans votre routine sportive.

C’est aussi pour cette raison que nous avons créé Elemat.

Justine & Mat

Suivez nous sur Instagram et Facebook.

Comment éviter le surentraînement?

Comment éviter le surentraînement ?

Qu’est-ce que le surentraînement ?

Avez-vous déjà entendu parler du surentraînement ? En connaissez-vous les risques ?

C’est un phénomène qui concerne aussi bien les athlètes de haut niveau que les sportifs du dimanche. Il se produit lorsque la durée, la répétition et l’intensité des entraînements est trop importante et que les muscles trop sollicités ne peuvent plus reproduire les efforts. Il intervient surtout lorsque les phases de récupération ne sont pas suffisantes pour permettre à notre corps de reconstituer ses réserves en énergie.

Les causes

Plusieurs causes peuvent se combiner.

– Une charge d’entraînement excessive ou une augmentation trop rapide du type d’entraînement (charge et intensité) ;

– Peu de diversité dans le contenu des entrainements ;

– Une récupération insuffisante, ce qui empêche les muscles et les articulations de refaire le plein d’énergie et de se régénérer ;

– des erreurs nutritionnelles : une mauvaise alimentation qui ne permet pas de reconstituer correctement ses stocks de glycogène  ;

– Le trop plein de stress (de la vie courante), qui ne permet pas au corps de récupérer correctement.

Les symptômes.

À côté de la baisse de performance et d’une plus grande fatigue, les symptômes du surentraînement varient suivant chaque sportif et selon la discipline pratiquée. Les principaux symptômes sont :

– Une fatigue extrême

– Une baisse de la performance

– Des douleurs musculaires ou articulaires et des blessures à répétition

– Des troubles du sommeil (difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, hypersomnie)

– Des troubles de l’appétit (carences, déshydratation, manque d’apport énergétique)

– Un changement d’humeur : irritabilité, agressivité

– Un manque de motivation pendant les séances : baisse de concentration, lassitude. 

Comment l’éviter ?

Pour prévenir le surentraînement, le sportif doit surtout écouter son corps et être attentif aux signes annonciateurs énoncés ci-dessus.

Soyez aussi conscients qu’avec le temps, vos capacités vont évoluer, dans un sens comme dans l’autre. Faites-vous accompagner par un entraîneur et un médecin sportif, pour :

– connaître vos capacités et vous fixer des objectifs personnalisés à un instant T ou un programme ;

– maîtriser les charges d’entraînement prenant en compte les volumes et les intensités d’entraînement ;

– optimiser sa récupération : en se créant une routine adaptée, comme réaliser un auto massage après l’effort avec l’huile universelle Elemat ;

– avoir une excellente hydratation et une alimentation équilibrée.

Pour éviter le surentrainement, écoutez toujours votre corps. Il vous parle. Mais il faut savoir l’écouter correctement. Votre cerveau est faignant et vous enverra un message de découragement. C’est normal ! Mais soyez davantage à l’écoute de vos articulations, et muscles, c’est eux qui vous donneront les bons signaux.

Justine & Mat

Suivez nous sur Instagram et Facebook.

Optimiser la récupération : les différents moyens

Optimiser la récupération

Les différents moyens pour optimiser votre récupération.

Pour optimiser sa récupération et ainsi progresser dans ses entraînements, voici les facteurs clés.

Première clé de votre récupération : la nutrition et l’hydratation.

L’alimentation quotidienne est la clé dans la performance sportive. Une alimentation équilibrée permet de mieux contrôler les mécanismes inflammatoires liés à l’effort, de mieux récupérer, d’enchainer les séances et de progresser.

Ne négligez aucune famille d’aliments.

Le corps couvre ses besoins liés à la dépense énergétique grâce aux féculents (sucres).

Cependant, un régime équilibré – eau, protéines, légumes et fruits riches en vitamines, acides gras insaturés (Omega 3) – permet l’apport des nutriments dont l’organisme a besoin pour combler ses pertes.

Les compléments alimentaires.

Chaque personne a des besoins spécifiques en vitamines, en protéines, en minéraux. Même avec un régime équilibré, il est parfois difficile de subvenir à tous ses besoins.

Ces produits peuvent agir en complément à la fois avant, pendant et après l’effort pour fournir à notre corps assez de nutriments et maintenir son niveau de performance.

Optimisez votre apport pendant la fenêtre métabolique.

 La fenêtre métabolique est la période durant laquelle votre corps est davantage enclin à récupérer. Dans les 30 minutes après l’effort, cette fenêtre métabolique permet de refaire le stock de glucides perdus. Pendant ce laps de temps, les valves sont ouvertes : le foie et les muscles vont stocker un maximum de produits en amont de la prochaine séance. 

Seconde clé de succès : le sommeil.

Dormir est la méthode la plus évidente et la plus efficace pour permettre à notre corps de récupérer. Le sommeil (et plus particulièrement la phase de sommeil profond) favorise la régulation hormonale, optimise le fonctionnement métabolique et assure une meilleure récupération musculaire. C’est pourquoi il est recommandé de se coucher tôt (idéalement, respectez toujours la même heure) et de dormir entre 7h et 8h.

Troisième clé d’une bonne récupération : une routine après sport.

Le massage est une routine indispensable à l’optimisation de votre récupération. Il favorise la circulation sanguine et contribue ainsi au drainage des toxines. Cela permet de diminuer les douleurs musculaires après l’effort et de limiter l’apparition des courbatures.

Une routine d’auto-massage ne doit pas être une contrainte mais un rituel pur plaisir ! C’est pour cela que nous avons créé Elemat. Massez les zones douloureuses avec notre huile universelle ou notre baume essentiel idéalement dans les 2h après l’effort et vous nous en direz des nouvelles !

Pour en savoir davantage sur les huiles de massage, jetez un coup d’œil numero.com, leur article parle de l’importance des huiles pour faciliter la récupération après le sport.

Allez, tous à la douche !

Enfin, un rituel bien-être digne de ce nom, est souvent accompagné d’une douche stimulante. Pour les plus frileux qui ne se lavent qu’à l’eau chaude, essayez de terminer votre douche avec un jet d’eau froide. Certes, l’eau chaude est plus agréable et délasse tendons et muscles, mais l’eau froide va atténuer les douleurs et agir sur la vaso-constriction (contraction des veines), pour optimiser le drainage et la récupération musculaire.

Petit plus, utilisez l’huile de douche Elemat pour une peau hydratée après l’effort (pour en savoir plus, lisez ici). 

Vous savez tout sur la récupération musculaire ! Il ne vous reste plus qu’à tout mettre en pratique pour être au top !

Pour en savoir plus sur nos produits de récupération musculaire, nadiarunsparis les a testés pour vous…

Justine & Mat

Suivez nous sur Instagram et Facebook.

vous souhaitez partager cette page : 

Partager sur email
Email
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

La récupération musculaire : pourquoi est-ce important?

La récupération musculaire : pourquoi est-ce important?

La récupération, pourquoi est-ce important ?

Souvent considérée comme une perte de temps, la récupération musculaire est négligée par les sportifs. Et pourtant, c’est la phase au cours de laquelle les muscles sollicités lors d’un entraînement, intense ou prolongé, améliorent leurs performances. Pendant cette période de récupération, les muscles s’adaptent aux efforts qu’ils viennent de subir et se débarrassent des toxines accumulées. C’est durant les 48 à 72h suivant un entraînement que les muscles se réparent, se rechargent et se développent.

Pour progresser, il n’y a pas que l’effort physique qui compte.

Sans une récupération musculaire adaptée et complète, vous entravez vos progrès en empêchant votre fibre musculaire de se régénérer et de se développer. Récupérer est indispensable pour progresser. Si cette phase est négligée ou mal exécutée, elle peut entraîner divers conséquences.

Les conséquences d’une mauvaise récupération

Pendant l’entrainement, votre niveau d’énergie s’épuise progressivement. Ne pas prendre soin de sa récupération, c’est s’empêcher de recharger les batteries !

Une première conséquence d’une récupération négligée : un risque pour votre santé.

Tout d’abord, ne pas prendre le temps de récupérer, c’est augmenter le risque de blessures due à la fatigue. C’est aussi affaiblir son système immunitaire et donc être plus sujet aux maladies. Ensuite, cela joue sur la performance. On peut assister à une stagnation des progrès, voir même une perte de motivation et d’envie. Enfin, dans les cas extrêmes, le manque de récupération peut entrainer une diminution de la masse musculaire.

Mais surtout, une mauvaise récupération ne permet pas à son corps de progresser.

Considérez la récupération comme faisant partie intégrante de votre programme d’entraînement, pensez effort + récupération = progrès. L’un ne va pas sans l’autre. Votre corps va utiliser cette phase de récupération pour développer ses capacités physiques et se reconstituer de nouvelles ressources de qualité.

Plus vite votre corps va récupérer, plus vite vous pourrez recommencer à vous entraîner !

La récupération musculaire est une routine qu’un sportif doit mettre en place pour évoluer et continuer à progresser. C’est grâce à cette phase que l’on pourra atteindre ses objectifs. Si la récupération passe en premier plan dans votre programme, vous atteindrez votre but plus rapidement !

Justine & Mat

Suivez nous sur Instagram et Facebook.

vous souhaitez partager cette page : 

Partager sur email
Email
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Les façons de recycler nos packs et nos choix

Des emballages recyclables

Des emballages recyclables

Naturel et éco-responsabilité

Depuis le début nous avons mis le naturel et l’éco-responsabilité au cœur de notre projet.
Nous avons notamment choisi nos packs pour qu’ils soient les plus respectueux de l’environnement possible et s’inscrivent donc dans les filières de recyclage disponibles en Europe.
Nous avons choisi de collaborer avec des fournisseurs de packaging en France et en Italie pour leur engagement pour la réduction de l’impact environnemental de leur produit.

(plus…)

Hydrater sa peau après le sport, protéger son corps et l’emmener plus loin

Hydrater sa peau après le sport

Réhydration et bien-être après l'effort

comment Hydrater sa peau après le sport

Hydrater sa peau après le sport

La peau, notre barrière protectrice

Avec l’exercice physique, notre corps puise dans ses réserves en eau.
 Il faut hydrater sa peau après le sport car elle a soif, elle a besoin d’hydratation. Les activités outdoor exposent notre épiderme au soleil, au froid et à la pollution. A la piscine, c’est le chlore, à la mer le sel. Nous ne ménageons pas notre peau.
 Ne négligez pas le sujet. La peau protège l’organisme des agressions extérieures et donc notre santé.

(plus…)

Le massage pour améliorer la récupération musculaire

Les bienfaits d'un massage

Les bienfaits d’un massage

Des gestes naturels : un complément indispensable ?

Pour celles et ceux qui se fixent de beaux objectifs, le massage est le complément indispensable d’un entrainement régulier.
Regardez les pros sur le Tour de France !
Bon, on n’a pas toujours le temps ni les moyens de faire appel à un kiné… Mais on peut se chouchouter soi-même !
Sans nous en rendre compte, nous pratiquons ces gestes au quotidien. Ce sont des gestes naturels. Presque des réflexes.

(plus…)